Soutenir son foie tout au long de l’hiver


Naturopathie / jeudi, décembre 20th, 2018

[Cet article a été publié dans le magazine Naturelles – Hiver 2018]

Barrière naturelle contre les virus et bactéries, notre foie doit être chouchouté pendant l’hiver ! Ce filtre majeur des déchets intérieurs et extérieurs à notre corps en est l’organe le plus volumineux et celui qui remplit le plus de fonctions. Chaque jour, il nettoie notre sang, éliminant les molécules toxiques, fabrique la bile nécessaire à la digestion de nos aliments et synthétise les protéines indispensables au métabolisme.

Réduire, voire supprimer sucre, alcool, viande et tabac

Alors, comment prendre soin de cet imposant organe ? D’abord, en réduisant de façon permanente les apports d’aliments et de boissons qui lui sont nocifs. C’est le cas de l’alcool ou des sucres raffinés, mais aussi des graisses saturées (viandes en sauce, fritures, sucreries ou biscuits industriels…), du tabac, des médicaments, voire des laitages ou des farineux.

Ensuite, pour que notre foie « survive » au moment des fêtes, alors que nous mangeons trop, trop gras et trop sucré, et buvons en quantité parfois déraisonnable, il est utile de limiter le nombre de repas pris dans une journée, en assurant un intervalle de quatre heures minimum entre chacun, afin de laisser le temps au système digestif et au foie, qui en fait partie, d’absorber ce qui peut l’être. Se contenter d’un jus ou d’un smoothie à base de légumes verts le matin, d’une soupe diluée ou d’un bouillon le soir, est également une bonne option, en alternance avec les repas de fête. Un bon sommeil enfin, surtout entre minuit et 3-4 heures du matin, permet au foie de terminer son travail en toute tranquillité.

Quand les agapes ont cours, « soutenir » le foie dans son dur labeur est incontournable. Pour ce faire, on lui apporte de la chaleur – il adore ça ! – en plaçant une bouillotte sur le côté droit du ventre après les repas et/ou au coucher. A l’occasion, un bon bain chaud ou, mieux, un moment de détente au sauna sont également les bienvenus. Certaines plantes encore, sont souveraines : c’est le cas du chardon-marie, que l’on peut prendre en tisane sur trois semaines, ou en compléments alimentaires, par cures (posologie selon les laboratoires). Certaines huiles essentielles, comme le citron (citrus limonus), la carotte sauvage (daucus carota ssp sativa) ou le lédon du Groenland (ledum grœnlandicum) ont également des vertus décongestionnantes et régénératrices hépatiques.

Faire la paix avec soi-même et ses proches

Attention néanmoins à ne pas se lancer dans une détox du foie : l’hiver ne s’y prête pas ! Ce n’est que le printemps venu que l’on pourra essorer à fond cette éponge qu’est le foie. Il sera temps alors d’apporter un maximum d’aliments « soufrés » dans l’assiette, tels que le radis noir, le raifort, l’artichaut, ou le romarin. De jeûner aussi, éventuellement. En attendant : repos, oxygénation, par de la marche en pleine nature, du yoga ou du tai chi par exemples.

Enfin, en médecine chinoise, le foie est l’organe de la colère. Pour l’aider à nous maintenir en bonne santé, faire la paix avec soi-même et avec nos proches est une excellente option… de saison !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *