Bilan de notre année « sans objet sans déchet » au CINE de Bussierre [23/11/18]


Zéro déchet / mardi, novembre 6th, 2018

En un an, du 1er septembre 2017 au 31 août 2018, ma famille de deux adultes et deux enfants a produit 7,5 kg de déchets résiduels (poubelle bleue), soit 1% du poids moyen des déchets produits par un habitant de l’Eurométropole de Strasbourg sur la même période ! Nous revenons sur cette année de défi « sans objet sans déchet » à l’occasion de la Semaine européenne de réduction des déchets (SERD), au CINE de Bussierre, vendredi 23 novembre à 18h.

Pendant encore quelques mois, vous pouvez également découvrir le déroulé de notre aventure dans le détail, sur notre blog SOSD, rédigé à quatre mains avec mon mari, Marc. Le bilan de cette épopée du quotidien est également à (re)lire sur Rue89 Strasbourg.

Extraits :

« En septembre 2017, notre famille de deux adultes et deux enfants, âgés aujourd’hui de 8 et 10 ans, se lançait dans une aventure pas banale : n’acheter aucun vêtement, livre ou matériel d’aucune sorte pendant une année et, dans le même temps, opter pour une alimentation et une hygiène 100% zéro déchet non-recyclable (ZD). C’est le défi « sans objet, sans déchet » (SOSD).

Chaque mois, nous avons publié sur notre blog un « poubellomètre », indiquant le poids de nos poubelles de déchets recyclables : compost, papier-carton-métal (poubelle jaune à Strasbourg) et verre. Aucune autre poubelle n’a été descendue de notre appartement, situé au 3ème étage d’un immeuble tout à fait classique de la Robertsau, à Strasbourg.

Question qui nous a été posée : « Ah bon ? Mais, où sont donc passées vos poubelles ? Vous les avez toutes gardées à la maison ? ». Éclat de rires et explications, que nous avons égrainées à l’occasion de nombreuses rencontres et conférences publiques, dans les médiathèques, au Marché de Noël Off, à l’invitation de partis politiques ou d’associations engagées sur ces questions de déchets et de modes de consommation.

Non, aucun sac ne s’est entassé à la maison, nous n’avons tout simplement pas produit plus d’une dizaine de kilos de déchets non-recyclables en un an.

Les échanges lors de ces rencontres ont été très riches et la « médiatisation » de notre démarche a été un puissant moteur pour persévérer dans une voie à rebours de notre société de croissance, qui pousse tous et chacun à renouveler ses objets à un rythme effréné, à s’alimenter dans les supermarchés et à confondre plaisir et bonheur, achat et épanouissement social et personnel.

1 – Alimentation et hygiène zéro déchet : renoncements consentis, santé dans la sobriété et petits pêchés

Sur le chapitre des produits alimentaires et d’hygiène, qui nous étaient autorisés dans notre charte, l’affaire a nécessité un peu d’entrainement et de rodage dans les premiers temps, avant de rouler sans trop de difficultés par la suite. Nous avons renoncé à certains aliments, impossibles à trouver facilement en vrac et bio, comme le beurre et la crème, le tofu ou les biscuits. Par facilement, entendons dans des commerces à proximité de chez nous, à des prix accessibles ou sur des marchés tenus les jours où nous sommes disponibles pour cette activité (mardi et samedi).

Il a été possible de remplacer ponctuellement certains produits emballés dans du plastique par leurs équivalents en contenants recyclables ou en vrac, comme les algues, le poisson, la levure de bière, le savon et le shampoing solides, les légumes et les fruits, les céréales, etc.

D’autres ne nous ont pas satisfaits dans leur version recyclable, j’ai nommé par exemple : les brosses à dents et le dentifrice. Entre acheter de l’argile blanche emballée ou un tube tout prêt, une brosse à dents en bambou (avec poils en nylon) vite usée et une en plastique que je peux nettoyer au vinaigre et conserver beaucoup plus longtemps, nous avons fait notre choix. Sans compter les cris d’orfraie de Simon au contact du dentifrice fait-maison avec sa douce muqueuse buccale, elle qui n’aime que le dentifrice industriel au goût « fruité » [Lire la suite]. »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *