Projection-débat à l’UGC : « Le fleuve invisible » [11/6/19]


Vivre la ville / lundi, juin 3rd, 2019
Comme toute naturopathe et environnementaliste (prudente) qui se respecte, je ne bois pas l’eau du robinet telle quelle. Depuis plusieurs années, j’ai opté pour un filtre à charbon installé dans la cuisine, que je change régulièrement pour éviter au maximum les développements bactériens. Je place cette eau, ainsi grossièrement « nettoyée », dans des carafes en verre, puis au frigo pour supprimer tout goût de chlore. Nous la buvons dans les 24 heures.

Pas de solution miracle, mais un compromis satisfaisant

« L’empoisonnement universel » de l’eau, des sols, de l’air, qu’il ait pour origine l’activité agricole ou industrielle, la pollution automobile, médicamenteuse ou autre, est une réalité. Mais en matière d’eau potable, il n’y pas de solution miracle. Or, à qualité à peu près équivalente, je préfère boire l’eau du robinet à Strasbourg (filtrée ou non), plutôt que d’acheter des bouteilles en plastique, contenant une eau qui vient souvent de loin (transport en camions +++), avec en plus, un déchet à recycler. Une alternative gagnant-gagnant donc, aussi bien en termes d’écologie globale que de santé. Car l’eau de Strasbourg est pompée très profondément dans la nappe et ultra-contrôlée, tout autant (voire plus) que ne l’est l’eau en bouteille.

Plus grand réservoir d’eau souterraine d’Europe

Parce que l’eau potable est un sujet sensible et que tout ne va pas bien dans le meilleur des mondes – mais que ça pourrait être pire ! – l’Eurométropole de Strasbourg invite à une projection-débat du film de Serge Dumont et Frank Nischk, à 18h au cinéma UGC Ciné Cité (événement Facebook). Leur film, « Le fleuve invisible », met en scène le plus grand réservoir d’eau souterraine de toute l’Europe, la nappe phréatique sous la plaine d’Alsace. Ce « fleuve » remonte parfois à la surface pour donner naissance à des zones humides d’une grande beauté… Mais il est aujourd’hui en danger.

Expliquer et rassurer sur la qualité de l’eau

A l’issue de la projection, j’aurai le plaisir d’animer un table ronde sur le thème de l’eau à Strasbourg et plus généralement, sur la façon dont l’Etat et les collectivités veillent à la qualité de cette ressource. Après la diffusion du documentaire, donc, élus, organismes publics, associations et chercheurs seront sur scène pour répondre aux questions du public, dans le but d’expliquer et de rassurer sur la qualité de l’eau qui coule à nos robinets. Entrée libre (et petits fours) !
Pour aller plus loin : lire l’article de Rue89 Strasbourg consacré à l’étude publiée par l’APRONA sur la qualité de la nappe.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *