Nettoyage et bricolage : comment désencombrer sous son évier


Désencombrement & minimalisme / vendredi, janvier 25th, 2019

Evacuer l’inutile ou le toxique, y voir plus clair dans ses placards, trouver facilement et en un instant ce dont on a besoin, être heureux.se de vivre dans un environnement conforme à ses aspirations, l’esprit dégagé des contraintes matérielles, pour mieux s’épanouir et profiter de la vie.

Une satisfaction matérielle et un mieux-être profond

Avec mes client.es en désencombrement, nous passons du temps à jeter, trier et ranger. Ce travail de home organizing, que nous pratiquons en équipe !, a certes un effet immédiat et satisfaisant sur le plan matériel, mais ses répercussions vont plus loin : l’estime et la connaissance de soi sont boostées. En évacuant ce qui les étouffe, mes client.es ressentent un mieux-être profond et expérimentent une nouvelle vision du monde. Satisfaction et douce joie, pour eux comme pour moi.

Motivée après une séance intense dans la cave d’un couple de clients hier, j’ai entrepris un tri et rangement des deux étagères sous notre évier. C’est là que nous rangeons 80% de notre bric-à-brac « produits d’hygiène de la maison et matériel de bricolage », le reste étant dispatché à la cave (pots, rouleaux et bacs de peinture) et dans les toilettes (savon noir, seau, serpillère, balai, détartrant WC). Full disclosure, voici à quoi le placard ressemblait avant intervention :

Pendant un an, il n’y avait rien sur l’étagère du haut, sinon nos poubelles résiduelles individuelles. Le bazar s’est donc installé en moins de 6 mois… Bon, ce n’est certes ni l’anarchie totale, ni la version Kondolike, loin s’en faut ! De surcroît, vous pouvez constater que tout n’est pas écolo, que nous avons quelques produits toxiques (anti-acariens pour le camping-car, imperméabilisant pour godasses…), des éponges (pour les hôtes Airbnb), du liquide vitres (+ raclette neuve) entamé depuis des lustres qu’on n’arrive pas à terminer, des sacs poubelle immenses qui servent une fois l’an, etc.

Pêle-mêle, s’entassent encore : deux ampoules différentes de rechange, les nappes (deux, dont une est toujours sur la table), des serviettes et torchons en tissu, notre caissette de bricolage, des vis/chevilles/clés Ikea en veux-tu en voilà, des allumettes géantes (mais pourquoi ?!), du bicarbonate dont on ne se sert que rarement, deux serpillères en rab, la boîte de cirages, les lavettes (qui remplacent l’essuie-tout, info pour ceux qui en ont encore…), un rouleau de scotch brun, nos boîtes à biscuits métalliques…

Les piles et produits toxiques : en déchèterie, magasin de bricolage ou supermarché

Donc, donc, comment ai-je procédé pour trier et ranger tout ça :

  1. j’ai tout sorti !
  2. J’ai rangé ce dont nous nous servons : cirages, éponges, la moitié des produits d’entretien (4 sur 8), serviettes et torchons, sacs poubelle, etc. (voir photo ci-dessous).
  3. J’ai mis de côté : les produits les plus toxiques qui datent de Mathusalem (on n’achète plus rien de vilain pour la planète depuis des années), les piles neuves dont le stock n’est pas descendu depuis au moins 5 ans (en plus, l’une des piles a coulé sur les autres : ultra-toxique !!), une grosse partie des vis, clous, crochets, cadenas que nous n’utiliserons plus.
  4. Quelques trucs qui n’avaient rien à faire là et seront plus faciles d’accès/utiles ailleurs dans l’appartement.

Attention ! Piles et autres produits toxiques (avec des triangles rouge et/ou noir sur l’étiquette, voire des têtes de mort) ne se jettent pas dans la poubelle bleue (ni la jaune, cela va sans dire). Direction un supermarché lambda pour les piles, la déchèterie pour le reste – les plus toxiques étant collectés sur des sites spécifiques. On peut aussi rapporter tout ça en magasin de bricolage.

Prendre soin de ses affaires les plus triviales

Comment éviter de se laisser déborder à nouveau :

  1. N’acheter que des produits d’entretien naturels et polyvalents : savon noir, de Marseille, vinaigre blanc et tutti quanti. Pas tous, juste ce dont vous avez besoin ! Chez nous, dans le rayon toxique, ne restent que : le détartrant WC, un fixateur universel pour les dessins des artistes maison, un produit pour les bottes en caoutchouc et l’anti-acariens du camping-car. Evacués : le produit chelou pour les plaques électriques, le bain corrosif pour nettoyer les bijoux en argent, un imperméabilisant (remplacé très avantageusement par une cire pour le cuir).
  2. Ranger au fur et à mesure, ne pas « balancer » les objets après utilisation ou lavage ; prendre soin de ses affaires, en somme, même les plus triviales.
  3. Tous les 6/12 mois, jeter un œil sous l’évier (ou ailleurs) pour en sortir tout ce qui ne sert jamais.
  4. Ne rien racheter avant d’avoir utiliser le consommable déjà en votre possession (se méfier des 3 pour le prix de 2 en supermarché) !

Au plaisir de venir vous aider, chez vous, afin d’initier ce travail de fond ! 🙂

Une réponse à « Nettoyage et bricolage : comment désencombrer sous son évier »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *