Municipales 2020 : je me lance dans l’aventure de l’écologie politique


Mon chemin de vie, Vivre la ville / dimanche, décembre 8th, 2019

Vous êtes quelques milliers à passer par ici pour des conseils sur la santé naturelle, le zéro déchet, le minimalisme ou l’écologie du quotidien. Vous plébiscitez également les billets dans lesquels je partage mon engagement, pour le climat ou une politique de santé préventive, les billets plus personnels enfin, sur mon chemin de vie, mes questionnements, mes passions.

La cohérence et l’énergie des idées, des métiers multiples

Ce qui me fait vibrer, ce sont mes projets personnels, les livres, les études, mes enfants, mais également le sentiment d’être utile. Utile aux autres, avec le journalisme et la naturopathie, utile pour faire avancer des idées, par les conférences et les formations, ces idées qui se forgent, se polissent et se renforcent, au fur et à mesure des épreuves, des lectures et des échanges. Je n’imagine pas m’astreindre à une seule tâche, une seule étiquette professionnelle, une seule carrière, un seul chemin. Des idées m’animent, une énergie aussi, qui peut être déployée en grande quantité quand les conditions sont réunies : cohérence, reconnaissance, objectif. Les formes d’expression de ces idées, la façon de les servir, elles, varient.

Pendant ma formation de journaliste et dans les dix années d’exercice qui ont suivies, j’ai ressenti fortement le tabou autour des opinions politiques pourtant majoritairement partagées par ma corporation. Socialiste ou centriste pour une grande part dans les années 2000, social-écologiste et/ou libérale aujourd’hui. Pour ma génération, née entre 1970 et 1985, le besoin d’équité et de partage, pour faire face à la précarité professionnelle généralisée comme aux effondrements financier, écosystémique et démocratique, actuels ou à venir, est généralement intégré. Mais le degré d’urgence et la nature des mesures à prendre n’infusent que très lentement chez les journalistes, comme dans l’ensemble de la société, et l’engagement clair en (dé)faveur de telle ou telle politique publique est un Rubicon que peu de reporters et chroniqueurs franchissent, ouvertement du moins.

A la recherche du meilleur mode d’action

Alors, progressivement, je me suis décalée. En 2011 déjà, en quittant le grand quotidien national pour lequel je travaillais depuis ma sortie de l’école de journalisme. En 2014, plus encore, après quelques années intenses à traiter des questions de politique locale à Strasbourg. Depuis cinq ans, par l’action associative à Alsace Nature, par l’action individuelle à portée collective (notre année « Sans objet sans déchet »…), par la naturopathie et les différents services que je propose, je cherche le meilleur mode d’action, la combinaison idéale entre mes convictions et mon métier, mon souhait de contribuer et celui de gagner ma vie à hauteur de nos besoins. Sans avoir rien abandonné vraiment sur le chemin, ni le journalisme, ni l’envie d’écrire et de publier des livres, ni celle d’accompagner les personnes, ni ma passion d’apprendre.

Depuis quinze ans, je suis en contact avec de nombreux élus locaux, de tous bords. Par mon métier, par mes engagements, par mes élans amicaux. Je fais partie de ceux qui ont du mal à cacher ce qu’ils pensent. Avec Marc, ces dernières années, nous avons pris beaucoup de distance avec ce milieu, sans vraiment couper. Et puis, il y a quelques mois, l’échéance municipale approchant, nous nous sommes questionnés sur ce que nous allions faire ou, plus sûrement pensions-nous, ne pas faire. Nous expérimentions une autre vie, loin du microcosme, loin du pouvoir. Une façon de lutter plus ou moins efficacement contre le virus de la politique… En parallèle, les appels du pied se faisaient un peu plus insistants, les scénarios concrets.

L’envie très forte de nous engager pour l’écologie à l’échelle de notre ville

A la rentrée, rencontres et discussions se sont bientôt succédées, avec en ligne de mire ce qu’il nous était possible de tenter, puisqu’il fallait se rendre à l’évidence : nous avions envie de nous engager dans cette campagne à l’échelle de notre ville. Autant pour des raisons personnelles : un appel très fort du collectif, le sentiment d’avoir quelque chose à apporter, le besoin de vibrer ensemble ; que pour des raisons idéologiques : sentiment d’urgence, fenêtre électorale pour faire avancer l’écologie à Strasbourg, conviction que les solutions locales sont efficaces et de mieux en mieux comprises et acceptées par les habitants. Rapidement, il nous est apparu que la liste « Strasbourg écologiste & citoyenne », rassemblée autour de Jeanne Barseghian, concentrait toutes ces potentialités.

Après plusieurs semaines de discussions, nous voici engagés à pieds joints dans cette aventure, Marc en tant que colistier, moi en tant que directrice de campagne. Des opportunités exaltantes et passionnantes, mais aussi épuisantes et flippantes, forcément un peu. Mes nouvelles (et temporaires) fonctions ne me permettront pas d’écrire autant qu’à mon habitude ou d’être, soyons complètement honnête, tout à fait transparente sur ce que je ressens ou ce que je vais vivre ces quatre prochains mois. Pas de chronique in extenso des hauts et des bas de la campagne, de mes petits et grands bonheurs ou de mes doutes. Normal. Prudent.

Empowerment au féminin, bienveillance, esprit d’équipe

Ce que j’y gagne, c’est la certitude que la vie m’apporte ce dont j’ai besoin, au moment où je suis prête à faire le travail pour lequel on me fait confiance. Je mets de côté mon syndrome de l’imposteuse, je souris aux remarques ironiques ou franchement interrogatives sur ma capacité à faire. Ce job, c’est l’empowerement féminin, l’esprit d’équipe, la transversalité des tâches et des idées, la mise à profit d’une connaissance fine du territoire, la mise en pratique des soft skils (communication non violente, écoute active, management bienveillant…) dans un univers rompu aux pratiques d’une grande violence verbale et symbolique. Et surtout, c’est la chance historique de participer à l’élection de la première femme écologiste à la tête d’une des plus grandes villes de France ! Un cadeau.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *