Journal de confinement #14 : « Tu te souviendras de tes 10 ans toute ta vie »


Journal de confinement / mardi, mars 31st, 2020

J15. Pour les 10 ans de sa sœur, à l’été 2018, nous étions en vacances en famille, avec tante, cousins &co. La surprise était de taille : nous l’avions conduite, yeux bandés, dans une bijouterie pour se faire percer les oreilles. Elle en rêvait depuis son entrée à l’école, ça datait un peu. Le rite de passage – avancé de deux ans par rapport à ce que je lui promettais – avait été suivi d’un déjeuner de sushis au restaurant, tous ensemble. Un jour mémorable. Je ne l’avais jamais vue aussi heureuse, rayonnante, reconnaissante.

Nix Legoland, mais un premier jeu sur tablette

Depuis quelques mois, je réfléchissais de loin en loin à la façon d’égaler en émotions la journée des 10 ans du petit frère – ce 31 mars 2020. Nous aurions dû être en configuration post-élection, plus libres de nos mouvements. Je songeais à un week-end Legoland en Bavière ou un hôtel alsacien avec piscine où barboter et bien manger pendant deux jours, dans un endroit sympa. Marquer le coup, quoi.

Et puis, il a fallu repenser le truc. J’interdisais tout jeu vidéo à la maison – ils y jouent chez leur père depuis quelques années -, je franchirais donc ce Rubicon, façon « boucles d’oreilles avant la puberté ». Pour faire bonne mesure, j’ai dévalisé le rayon magazines Lego au tabac-presse du coin de la rue, ce qui l’a occupé deux heures ce matin. Un gâteau au chocolat pas maison et quelques rogatons de bougies : le tour était joué.

Heureux comme un pape, mon grand de 10 ans écoute sa sœur prédire : « Tu te souviendras de tes 10 ans toute ta vie ! » Appuyée par Marc : « Tu pourras dire que tu as passé ton anniversaire confiné à la maison pendant la crise mondiale du coronavirus ». Il ne relève pas, il s’en fout et sourit béatement. Je pensais « rattraper le coup » dans quelques semaines, le couvrir des boîtes Lego commandées, l’emmener en vacances, célébrer ces dix ans de vie commune si chères à mon cœur. Mais ce ne sera pas nécessaire. Comme les boucles d’oreilles de sa sœur (une opé à 20€), le fait que je fasse confiance, que je dépasse des limites que j’avais fixées, que je valide un cap dépassé en installant son jeu préféré (7,99€) suffit à son bonheur. L’intention et le sens au cœur du sujet.

Des enfants confinés parfaits

Je suis tellement fière de mes enfants. Je lis ici ou là des conseils pour rassurer nos rejetons dans cette période particulière, eux dont le rythme quotidien est chamboulé, qui doivent s’autonomiser dans leurs apprentissages, tout en ayant leurs parents sur le dos 24 heures sur 24. Ma fille de 11 ans commence à peine à réclamer des temps de tchat vidéo avec ses copains. Elle maximise son temps scolaire, s’avance, « rattrape son retard », dose l’effort. Son frère rechigne plus à se mettre au travail, mais il est globalement raisonnable. Ils ne s’engueulent pas, pètent rarement un câble, bref, des enfants confinés parfaits.

L’une des fake news du moment : pas de retour à l’école avant la rentrée de septembre. Mon fils sauterait de joie si on prenait ce chemin-là, ma fille serait affectée de ne plus voir ses potes avant la Cinquième. De mon côté, je n’ai pas d’avis. Nous avons pris notre petit rythme, j’aime les avoir avec moi quatre jours sur sept, en non-stop. Sur le plan familial, ne manquent que nos échappées en camping car, nos randos, nos journées et soirées avec les amis. On devait partir en vacances d’ici trois semaines. Peut-être est-ce encore possible, mais je n’y crois plus. Heureusement, contrairement à d’autres, on arrive très bien à se plonger dans des films ou des bouquins, à se raconter des histoires et à couper d’avec le monde. Tant que la maladie ne nous touche pas de près, tant que nos proches sont sauf.ve.s.

Et vous, les gamins, ça va bien ? Ils ne vous détestent pas encore ? Et l’inverse ?

3 réponses à « Journal de confinement #14 : « Tu te souviendras de tes 10 ans toute ta vie » »

  1. Je remets des bises par ici !!! <3

    Ici il y a le tout grand et le "tout petit" plus si petit que ça et ça se passe pas trop mal (j'ai délégué tout le scolaire à son père, tous les cahiers trousses etc ont été installés tout en haut dans la chambre, c'est nickel !).
    Casaniers comme nous sommes, le confinement ne nous pèse pas, pas encore …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *