Je me débarrasse de mon acné avec la naturopathie [3/3]


Naturopathie / mercredi, avril 3rd, 2019

Je me débarrasse de mon acné : les épisodes précédents !

Le soleil arrive et l’on ne verra bientôt plus que mes tâches de rousseur… Temps de conclure cette série de billets sur l’acné, d’autant que ma peau va BEAUCOUP mieux ! Je suis vraiment heureuse de constater que les différents tests ont montré (ou non) leur efficacité.

Je sais mieux ce qui rend ma peau dégueulasse et, au contraire, ce qui l’assainit. Sans surprise, il s’agit de deux facteurs combinés : ce que je mets sur ma peau (nettoyage et soins) et mon équilibre intestinal. Alors, on récapépète. L’acné peut avoir pour déclencheurs :

  1. une hyper-séborrhée d’origine hormonale (notamment pendant l’adolescence),
  2. un déséquilibre de la flore de la peau qui fait la part belle à certaines bactéries (staphylocoque, streptocoque…),
  3. un déséquilibre intestinal et une hygiène de vie inadaptée (alimentation, tabac, pollution, stress…).

Pour retrouver un teint de pêche, il est conseillé de :

  • consommer suffisamment d’eau (filtrée ou de source) pour éliminer les toxines et hydrater vos cellules.
  • Boire des jus riches en antioxydants (exemple : concombre, persil, germes d’alfalfa, menthe fraîche), qui aident et protègent la peau contre les pollutions environnementales et préviennent le vieillissement prématuré.
  • Pratiquer des exercices de respiration et un peu de sport pour oxygéner les cellules et activer les émonctoires : marche, jogging, yoga, danse, jardinage, vélo…
  • Expérimenter le brossage à sec, qui aide à ouvrir les pores, stimule la circulation sanguine et le drainage lymphatique. Vous pouvez utiliser des brosses en fibres végétales, lin, chanvre ou loofah. Mais plutôt pas sur le visage, hein !
  • Améliorer son alimentation, en supprimant les charcuteries, sucreries, plats industriels, produits laitiers ou sodas, et en ajoutant des aliments vivants : fruits et légumes frais et bio, jus de légumes, graines germées, algues…
  • Porter son attention et améliorer son cadre et son rythme de vie (jamais facile…) : ensoleillement raisonnable, vacances/week-ends/vie en dehors des centres urbains, psychothérapie, méditation…
  • Activer les émonctoires, surtout les reins, souvent fatigués (en phyto : pissenlit ou reine des prés par exemple),
  • Améliorer son transit et enrayer la perméabilité intestinale (stratégie naturo à adapter à chacun),
  • Prendre des bains hyper-thermiques (10/20 minutes dans une eau à 39/40°), sauna ou hammam (augmente le rythme cardiaque, attention !) pour transpirer et tester la douche écossaise pour raffermir la peau et stimuler le système immunitaire.
  • Tisanes et plantes : ortie, bardane, bouleau, chlorelle, algues, pollen… Et complémentation éventuelle : cuivre-or-argent + vitamine C (immunité), ou zinc en oligo + vitamine B6.

Eau de bleuet et huile de jojoba

Bien sûr, je n’ai pas fait tout ça, mais une bonne partie. Ce qui a marché pour moi :

  1. côté hormonal, j’ai bu chaque matin, du 9ème jour du cycle jusqu’au premier jour des règles, une infusion d’achillée millefeuille.
  2. Côté soins (flore), nettoyage de la peau à l’eau (savon occasionnel), puis utilisation d’eau de bleuet (hydratation) et d’huile de jojoba (qui nourrit). J’ai testé l’huile de germe de blé plusieurs semaines, mais elle est trop grasse pour moi et j’ai fleuri comme les jonquilles au printemps (mais en plus purulent !!). Pour l’anecdote, j’ai cessé d’utiliser le gel d’aloé vera sur le visage, que je réserve à mes cheveux et aux blessures, brûlures ou piqûres diverses.
  3. Côté intestins, j’ai limité drastiquement les laitages pendant deux mois, à quelques exceptions près, et j’ai bu chaque matin un verre d’herbe de blé, excellent assainissant intestinal, contenant des vitamines A, B, C et E, ainsi que du calcium, du fer, du magnésium, du phosphore et du potassium.
  4. Côté hygiène et cadre de vie, je fais attention à mon sommeil (en moyenne 8 heures par nuit), limite les écrans le soir, j’ai vu la mer trois fois depuis Noël (une gageure quand on habite à Strasbourg ! iode ++), cours une ou deux fois par semaine et médite (un tout petit peu) de façon régulière.
  5. Côté psy, j’ai passé du temps avec ma famille (plutôt nouveau pour moi) et surtout, je suis en train de réaliser mon rêve : publier mon premier livre. Du kiff ++ et un travail personnel d’acceptation de mes limites et de mes réussites. Enfin, j’appréhende les relations avec les autres et la réalisation de mes propres objectifs plus sereinement. Je pense que tout ça joue beaucoup sur le foie, l’immunité, le système nerveux et donc sur les émonctoires, dont la peau. Tout est lié !

Ma peau n’est pas encore nickel, mais je me sens beaucoup plus à l’aise qu’en début d’année. Après trois mois sans tabac, aussi, la détox de fond est bien engagée. Tout cela est à consolider. J’entame dans les prochains jours une cure de sève de bouleau, en plus de l’herbe de blé, et vais faire des jeûnes intermittents plus drastiques, à défaut de faire un jeûne d’une semaine ce printemps, faute de disponibilité en temps et d’esprit.

Pas de décapage de la peau avec des gommages non biologiques

Encore quelques conseils pour les peaux acnéiques :

  • Attention au décapage de la peau avec des gommages non biologiques (billes en plastique) ou des savons trop acides ou alcalins, qui perturbent la flore de la peau, laissant le terrain aux mycoses. Le mieux est d’utiliser des savons au pH neutre (comme pour la zone génitale), ou pas de savon du tout (c’est mon cas).
  • Eviter les produits comédogènes, naturels (huiles de germe de blé, sésame, beurre de karité…) et plus encore les cosmétiques chimiques (crèmes minérales, laits, maquillage…).
  • A appliquer, si besoin, une à deux fois par jour, quand l’eau est très calcaire ou la déshydratation importante : une huile végétale de jojoba, de nigelle, de noisette ou d’argan, avec quelques gouttes d’huile essentielle de lavande ou de tea tree (arbre à thé).
  • Surtout, laissez-vous du temps et n’hésitez pas à faire évoluer votre « routine » quand l’expérience s’avère non concluante au bout de quelques semaines. Autant les « imperfections » de la peau ne s’effacent pas en trois jours, autant il n’est pas nécessaire de terminer le flacon d’un produit qui ne vous convient pas.

Et vous, des expériences positives ou, au contraire, désastreuses ?

Sources : « Jus détox jeûne, pour se purifier et se débarrasser des toxines », Cherie Calbom, Macro éditions, 2015, et les cours de naturopathie du Cenatho – Daniel Kieffer (Paris).

2 réponses à « Je me débarrasse de mon acné avec la naturopathie [3/3] »

  1. Je n’ai pas d’acné, mais pour la peau c’est savon (saponifié à froid par ma savonnerie préférée) et huile de jojoba (et gommage sucre roux miel huile d’olive, on peut lécher le bol à la fin, c’est cool 😉 ).
    Sinon, gros effort à faire côté alimentation, mais c’est très très compliqué en ce moment (trouver la zénitude ailleurs que dans le chocolat … !).
    Bises !

    1. Merci pour ton témoignage ! Tout est lié et le carburant que tu mets dans la machine la détraque plus ou moins au fil du temps… Chez nous, c’est loin d’être parfait ! On a respecté nos engagements sans sucre/sans viande/sans alcool un mois et demi au lieu des trois prévus (bientôt un billet). Les beignets de carnaval, miam, n’ont pas fait exception !! Et la bonne andouille de Guémené fait toujours partie de mes petits plaisirs interdits 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *