Je me débarrasse de mon acné avec la naturopathie [2/3]


Naturopathie / lundi, février 4th, 2019

Suite de « Je me débarrasse de mon acné avec la naturopathie  [1/3] »

Patience est mère de tous les maux, dit-on. En naturopathie, l’expression n’est pas vaine : une quinzaine de jours sans consommer aucun laitage (adieu fromages, beurre, lait, crème…), une hygiène de vie améliorée – course à pied et yoga, zéro tabac, quasi zéro sucre/alcool/viande, pensée positive, jeûne intermittent – et la source de sébum semble se tarir progressivement. Les boutons sont toujours là, mais plus petits, plus vite cicatrisés. Surtout, je ne les « explose » plus et attends gentiment qu’ils sèchent, généralement 2/3 jours. Les tisanes de bardane et d’artichaut (pour le foie) font le reste : un appui au nettoyage en profondeur.

La peau : miroir extérieur de l’intérieur du corps

A cette étape de la démonstration, il est important de se souvenir que la peau est l’une des portes de sorties des cochonneries que nous amoncelons dans notre corps, qu’elle est le miroir de ce qui se passe à l’intérieur, aussi bien sur les plans physique que psychique. Or, généralement, quand on s’attaque aux « maladies » de peau, on ne s’attaque qu’au symptôme, qu’à ce que l’on voit : rougeurs, boutons, desquamation, etc. C’est pourquoi ces maladies portent toutes des noms différents, alors qu’elles sont l’expression des mêmes maux : encrassement digestif et/ou rénal, trouble hormonal ou psychique, faiblesse immunitaire. Leurs noms : eczéma, urticaire, psoriasis, acné…

Urticaire, eczéma ou psoriasis

Un petit aperçu de ces « maladies », qui vous concernent peut-être. L’urticaire et l’eczéma d’abord, sont d’origine allergique (en réaction à une substance ou à une situation) : l’urticaire prend la forme d’une éruption de papules, tandis que l’eczéma est une réaction inflammatoire, presque toujours accompagnée de démangeaisons. A noter que les principaux allergènes sont contenus dans des produits ménagers ou cosmétiques, des vêtements, des bijoux (certains métaux, comme le nickel), des médicaments ou des végétaux. Premiers conseils, donc : simplifier votre vie sur le plan matériel et privilégier l’utilisation de produits et matières naturelles dans votre quotidien !

L’eczéma, comme l’asthme ou la conjonctivite, peut être « atopique », c’est à dire « constitutionnel » ou d’origine héréditaire. Consignes dans tous les cas : utiliser des huiles végétales de première pression à froid BIO (!) pour hydrater la peau, comme l’huile d’amande douce ; consommer des acides gras essentiels, ou humidifier l’air de la chambre. Le psoriasis, lui, se caractérise par une accélération de la croissance des cellules de l’épiderme. Les poussées sont généralement liées à des périodes de stress, le psoriasis concernant plutôt des personnes angoissées. Hygiène de vie, psychothérapie, pensée positive et changement de rythme sont quelques-unes des clés pour réguler ce symptôme compliqué.

Nodules, verrues, kératoses ou mélanomes

Vous pouvez également « souffrir » de nodules (tumeurs bénignes), de verrues (virales) ou de kératoses séborrhéiques (excroissance bénigne), observer sur votre peau de gros grains de beauté en relief (à faire surveiller par un dermatologue !), des kystes, ou voir se développer des tumeurs malignes, dont les plus connues sont les mélanomes, dérivés des mélanocytes (favorisés par le soleil). Ces dernières ne sont pas du ressort du naturopathe !

Dernières joyeusetés que vous pouvez rencontrer : l’impétigo (infection superficielle), la furonculose (un furoncle chronique), ou encore l’herpès (viral), réactivé notamment par les UV, le stress ou des changements hormonaux… On peut enfin citer la varicelle ou, plus rare, le pytiriasis rosé de Gibert (qui peut ressembler à une mycose ou un eczéma).

Approche générale : drainage et revitalisation

Toute approche spécifique – exemple plus haut avec l’eczéma – peut être doublée d’une approche générale naturopathique : drainage hépatique (foie) et rénal, attention portée à l’inflammation globale et au rééquilibrage nerveux et, dans le cas de l’acné, approche anti-bactérienne. Techniques, plantes et posologies à aborder avec votre naturopathe. Pour « équilibrer le terrain », c’est à dire désencrasser et rendre le corps plus résilient : le jeûne ou des monodiètes peuvent être envisagés, boire beaucoup (des tisanes drainantes notamment), nettoyer ses intestins (lavements, sels, diète…) et revoir son alimentation (plus de légumes et fruits crus, bio, de saison !) sont fortement conseillés.

Dans le dernier billet de la série, je vous proposerai des pistes d’actions concrètes et des soins pour les peaux acnéiques. Avec toujours cette précaution : tout n’est pas à faire ou à utiliser en même temps et chaque personne est différente, son terrain plus ou moins encrassé, son problème de peau plus ou moins ancien, ses causes diversifiées ! Pour adapter les cures à votre cas particulier, il est important de se lancer APRES avoir pris conseil auprès d’un médecin et de votre naturopathe !

Merci à Christian Brun, naturopathe, auteur et formateur, dont le cours donné au Cenatho sur la peau m’a largement inspiré ce billet. Un très grand merci également à Thierry Casasnovas pour ses vidéos passionnantes, qui me permettent d’approfondir la réflexion : à suivre sur Youtube !

2 réponses à « Je me débarrasse de mon acné avec la naturopathie [2/3] »

    1. De rien !! Je compte poster le dernier billet de la série d’ici trois semaines environ. Voir si ce que j’ai entrepris permet d’obtenir des résultats sur 6/7 semaines ou s’il faut persévérer un peu plus longtemps… 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *