Je me débarrasse de mon acné avec la naturopathie [1/3]


Naturopathie / mardi, janvier 22nd, 2019

Je sais, c’est violent. Mais bon, j’ai bon espoir de vous faire la même photo avec un menton nickel d’ici quelques semaines !

Depuis l’adolescence, j’ai de l’acné sur le visage et sur le dos. Pas énormément, mais tout le temps. Quand un bouton (trituré) cicatrise enfin, un autre apparaît… ailleurs. Petits, gros, rouges, blancs, tripotés, avec croûte, il y en a toujours un quelque part : joues, menton, ailes du nez, tempes ou front, cela varie en fonction des âges et des périodes. Le phénomène s’étant calmé à 80% sur le dos après 20/25 ans.

Je précise que je ne me maquille jamais, n’utilise ni fond de teint, ni poudre (encrassantes), ne me lave et ne m’hydrate le visage qu’avec des produits naturels (j’y reviendrai abondamment) et mange « sainement » : frais, cuisiné maison, local, bio, de saison, avec une grosse part de végétaux, etc. Cependant, mon hygiène de vie n’est pas irréprochable, loin s’en faut.

Supprimer les laitages, principale cause de mes boutons ?

En finir avec l’acné, en trouver la cause, faire des tests alimentaires, cosmétiques et comportementaux, mettre également au point des protocoles adaptés à chacun d’entre vous, fait partie de mes nombreux objectifs naturo de 2019. Mon idée pour démarrer : consommer de la bardane, du zinc et des vitamines B et E, en tisane et gélules (compléments alimentaires), mais surtout supprimer les laitages, que je soupçonne d’être la principale cause de mon acné.

Pour suivre ce test grandeur nature, comprendre comment fonctionne la peau, en lien notamment avec les sytème digestifs et hormonaux, et en prendre soin sur le long terme, je vous propose trois billets découpés comme suit :

  • d’abord [1/3], un petit topo sur la peau, sa nature, ses fonctions et sa physiologie, pour comprendre en quoi ces boutons disgracieux sont les symptômes de dysfonctionnements globaux et pourquoi un « simple » traitement en surface ne règle pas le fond du problème.
  • Ensuite [2/3], je passerai en revue les différentes « maladies » de peau et le moyen d’y mettre un terme de façon écolo, naturopathique et économique,
  • Enfin [3/3], je conclurai sur ce qu’il serait bon d’utiliser au quotidien pour prendre soin de sa peau au naturel, en interne (alimentation) et en externe (cosmétiques… ou pas) !

La peau, espace privilégié de l’expression émotionnelle

La peau donc, ou système tégumentaire, protège le corps, participe au maintien d’une température corporelle constante et fournit des infos sensorielles sur le milieu extérieur. Dans ce système, on intègre la peau, mais également les poils, les ongles, les glandes sébacées et sudoripares, les muscles et nerfs juste en-dessous et les bactéries à sa surface. Organe le plus étendu et volumineux du corps, la peau est aussi un espace privilégié de l’expression émotionnelle : on rougit, on est « vert de rage », « blanc de peur », etc. Et c’est l’un des cinq sens, celui du toucher.

La peau, c’est aussi un émonctoire, c’est à dire l’une des quatre portes de sortie des déchets de notre organisme – information fondamentale qu’il faut retenir pour comprendre le pourquoi de l’acné (entre autres). Cet émonctoire, qu’on dit secondaire, prend le relais des reins pour évacuer les acides (par la transpiration via les glandes sudoripares), mais également le relais des intestins, du foie et de la sphère ORL pour évacuer les mucus (par les boutons à tête blanche, miam, via les glandes sébacées, associées aux poils).

La peau est constituée de trois couches : l’épiderme (en surface), le derme et l’hypoderme, avec plus ou moins de graisse sous-cutanée. Plus ou moins pigmentés, les poils, dont le bulbe se situe au niveau de l’hypoderme, servent à protéger certaines zones, sourcils, pubis ou aisselles, du froid, de la chaleur et des ultra-violets, mais également de la poussière (sourcils et cils), ou à filtrer les bruits et les odeurs (nez, oreilles, zones sexuelles).

Ce qu’on met sur la peau passe dans le sang !

Source : microbiologiemedicale.fr

Au niveau de l’épiderme, on trouve des cellules germinatives (kératinocytes) qui remontent progressivement à la surface et assurent protection et imperméabilité à la peau. Cette couche de kératinocytes « desquame » naturellement en permanence pour laisser place à de nouvelles cellules. Pas besoin donc de décaper sa peau trop souvent, le corps procède au renouvellement automatiquement ! Ces kératinocytes sont protégés par les mélanocytes, responsables du bronzage. Au film hydrolipidique sécrété par les glandes, s’ajoute encore une flore cutanée, deux couches de protection supplémentaires !

Important : les liquides humoraux (sang et lymphe) passent par les glandes sudoripares et sébacées et y sont filtrés. Autrement dit, ce qui passe par le sang et la lymphe (nutriments, toxines, déchets…) passe aussi par le derme, très vascularisé. Ce qu’on mange peut donc ressortir par la peau, de même que ce qu’on met sur la peau passe directement dans le sang !! L’hypoderme, lui, stocke une partie de ces résidus cellulaires, métaboliques, alimentaires ou médicamenteux dans les graisses sous-cutanées, qui jouent également le rôle d’isolant thermique.

Acné : causes hormonales, génétiques, infectieuses ou psychosomatiques

Quelques mots sur l’acné : cette « floraison », qui apparaît souvent à l’adolescence, est due en partie à la production massive d’hormones sexuelles à cette période de la vie, qui stimulent la production de sébum. Les causes peuvent également en être génétiques, psychosomatiques ou infectieuses. La peau devient luisante et la moindre petite infection bactérienne peut engendrer rapidement une invasion de comédons, noirs ou blancs.

Généralement, l’acné disparaît vers 18-20 ans. La pilule est parfois prescrite pour venir à bout du combo tempête hormonale-acné, tout comme des crèmes ou médicaments chimiques. Je vous proposerai des alternatives pour ne pas en passer par là, avant ou après l’âge de la puberté. Et notamment, des règles d’hygiène alimentaire, émonctorielle et nerveuse. A suivre !

2 réponses à « Je me débarrasse de mon acné avec la naturopathie [1/3] »

  1. Hello Marie,
    Top article naturo sur les causes de l’acné. Merci beaucoup pour tes explications simples !
    Je me permet d’ajouter qu’au même titre que nous avons une constitution physiologique individuel, nous avons également une constitution de peau : « terrain lipidique » ou terrain « alipidique », chacun d’eux regroupe des caractéristiques, sensibilités, prédispositions…

    1. Merci pour cette précision ! Généralement, le ressenti change en fonction de l’âge, de l’alimentation ou de la diathèse, mais la « nature » même ne doit effectivement pas changer… Dans mon cas, j’ai la peau plutôt sèche et fine sur les joues et, au contraire, la zone T bien encombrée, avec prédominance des comédons sur le menton (mais, quand j’étais plus jeune, ils élisaient surtout domicile autour du nez…!). A creuser 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *