Grâce au minimalisme, notre appartement cartonne sur Airbnb


Désencombrement & minimalisme / lundi, décembre 3rd, 2018

L’économie « ubérisée », sur le papier, nous ne sommes plutôt pas d’accord. Elle met à mal des pans entiers de protection sociale et salariale, entérine la précarisation de certains métiers, échappe aux normes qui, théoriquement, devraient être bénéfiques aux consommateurs comme aux prestataires de service. Mais, nécessité faisant loi (parfois), nous nous sommes lancés il y a quelques mois dans la location ponctuelle de notre appartement via Airbnb.

Contrairement à la pratique très répandue qui consiste à accueillir ses hôtes dans un logement dédié exclusivement à cette activité, nous louons notre résidence principale les week-ends et, à l’approche de Noël (forte saison touristique en Alsace), certains jours de semaine. Et ça marche très bien ! Quand l’appartement est occupé, nous migrons dans notre petit camping-car, avec oreillers, vêtements/livres/matériel indispensables et contenu du garde-manger.

Le minimalisme dans tout ça ? Dans ce contexte, posséder peu d’objets est un atout majeur et ce, pour plusieurs raisons :

1. Pour les hôtes, un intérieur spacieux et dépersonnalisé

Tout d’abord, nos hôtes sont agréablement surpris de s’installer dans un grand appartement (100 mètres carrés) dans lequel ils ont la place de poser leurs affaires et de « vivre » à l’aise à quatre, cinq voire six personnes, sans devoir pousser les meubles, composer avec nos affaires ou se sentir écrasés par nos objets personnels. Pas de photos au mur, des plantes vertes pour seuls bibelots, le nécessaire strict et… de l’espace.

Entrée de notre appartement (Photo MH)

2. Pour nous, rangement et ménage simplifiés au maximum

Quand on possède beaucoup de choses, louer son logement est un casse-tête : pour offrir à ses hôtes un espace à peu près accueillant, on est souvent contraint de descendre des cartons ou des sacs à la cave, de dédier une pièce fermée à ses affaires ou de déménager tout son bazar à chaque fois, quand on possède un autre espace de vie. La tannée, surtout si l’on ne loue que pour une, deux, voire trois nuits (ce qui est majoritairement notre cas).

Pour nous qui entretenons un intérieur désencombré, la manœuvre est beaucoup plus aisée. L’affaire ne se fait pas en cinq minutes (changement des draps, lessives, récurage des sanitaires, etc.), mais elle est grandement facilitée. Même si nous ne prétendons pas aux standards de l’hôtellerie, je ne me verrai pas accueillir des inconnus dans un endroit à la propreté douteuse ou des piles de jouets dans tous les coins.

La simplicité est là encore au service de ma fainéantise. Je n’ai que quelques objets à confiner (chambres d’enfants exceptées, où le travail de rangement est plus ardu…), lingettes lavables des toilettes, brosse de vaisselle et savon de Marseille en cuisine (les hôtes ont à disposition du liquide vaisselle en vrac et une éponge écologique), livres qui trainent sur nos tables de chevet, ordinateurs portables et chéquiers/livrets de famille que nous emportons avec nous.

3. Détachement matériel et confiance en l’humain

Les amis ou la famille à qui nous faisons part de notre expérience sont souvent effrayés de savoir que nous laissons sur place toutes nos affaires, ou ce qui l’en reste, et notamment nos « papiers », nos appareils photos, albums photos, etc. J’avoue qu’au début, la partie a été un peu difficile pour moi. Crainte que l’énergie de la maison ne s’en trouve chamboulée, que « mes » objets soient touchés ou abimés. Mais, rapidement, je me suis détendue et j’ai fait confiance. J’ai lâché prise. En cela, une fois encore, le minimalisme, et ce qu’il sous-tend de relations apaisées avec les possessions matérielles, m’a beaucoup aidée.

J’ai compris qu’en ayant laissé partir tant d’objets ces dernières années, j’aurais pu (je peux parfois) concentrer mon attachement sur quelques-uns, attachement d’autant plus fort que nous disposons actuellement de peu de moyens pour « remplacer » tel ou tel objet manquant ou hors d’usage. Néanmoins, ce report d’attachement ne s’est pas vraiment produit. Les objets vont, viennent dans nos vies, nous rendent des services, nous conviennent un temps, puis cèdent la place à d’autres. Si, par malveillance ou maladresse, un objet venait à disparaître suite à une location, je pourrais m’en accommoder et voir là une nouvelle façon de me passer de quelque chose ou de travailler sur mon lien à la matérialité.

Marc est sur la même ligne, ma fille aussi. Son frère est moins favorable à ces irruptions répétées dans son intimité, mais pas à un stade qui nous amènerait à fermer sa chambre. Peut-être y viendra-t-on si le besoin s’en fait sentir. Chaque membre de la famille est au clair sur les raisons qui nous poussent à accueillir des hôtes, principalement financières, mais y voit un attrait supplémentaire : l’aventure ! C’est un autre chapitre que je développerai bientôt : la vie à quatre dans une petite maison roulante de 10 mètres carrés…

A ceux qui seraient tentés d’appeler la DDASS en lisant ces lignes, rassurez-vous : une fois janvier entamé, tous les appartements loués sur Airbnb à Strasbourg seront à nouveaux vacants… et nous réintègrerons nos pénates jusqu’à ce que pâques nous amène de nouveaux visiteurs… 🙂

Une réponse à « Grâce au minimalisme, notre appartement cartonne sur Airbnb »

  1. Pour ma part, c’est un vol chez-moi après être relocalisé pour rénovation majeure qui m’a poussé à prendre position pour devenir minimaliste. Et surtout le fait que lorsqu’on est locataire, nous ne sommes pas vraiment chez-soi. Alors, j’ai commencé il y a 3 ans à me départir de mes biens.

    Je suis en phrase de le devenir puisque j’ai dans mon attitude de réellement le désirer, je me documente beaucoup et j’ai fais en plusieurs phases et étapes mon désencombrement matériel. J’ai utilisé plusieurs méthodes dont la dernière est « KonMari » pour mes souvenir et les objets divers. Et aussi, du pièce par pièce.

    Au début, je pensais mettre des objets immatériel, dans un coffre-fort pour les données, mais, je vais plutôt me minimaliser la dessus aussi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *