Comment vous débarrasser de vos objets à Strasbourg (et ailleurs)


Désencombrement & minimalisme, Vivre la ville, Zéro déchet / mercredi, avril 24th, 2019

Désencombrer, c’est bien (euphémisme), mais que faire de tout son bazar ? Au fil des années, j’ai appris où et comment dispatcher 99% des objets à débarrasser, en les donnant, les recyclant ou les jetant, sachant que « jeter » recoupe bien autre chose que de tout balancer dans la poubelle bleue, celle des déchets résiduels, qui partent à l’incinérateur ou en décharge. Je vous expose ici quelques-unes de mes solutions (perso ou pas), que je propose également à mes client.es en désencombrement.

N’encombrez pas vos proches !

D’abord, le don. Vous pouvez donner à vos proches, mais attention à ne pas les encombrer à leur tour. Veillez également à ne pas garder trop longtemps des objets dans une caisse « à donner », à des gens que vous ne voyez que rarement ou qui n’ont pas besoin d’objets du quotidien : une jolie robe de fête à la taille de votre nièce, pourquoi pas, mais un presse-agrume en plastique et un énième tournevis, non merci.

Personnellement, j’apprécie beaucoup de « faire tourner » un livre que j’ai aimé ou un vêtement qui ne me procure pas de joie (à la Marie Kondo), mais qui fera le bonheur d’une amie. Il y a quelques années encore, j’étais vaguement gênée d’offrir des objets dont j’avais déjà joui, mais plus maintenant. Je considère aujourd’hui que si le cadeau est adapté à la personne et que j’ai du plaisir à le lui donner, le fait qu’il ne sorte pas immédiatement d’un magasin n’enlève rien à l’affaire, au contraire.

Par ailleurs, une ou deux fois par an, je prends beaucoup de plaisir à envoyer un colis de jolis vêtements trop petits et de jouets de mes enfants à leurs cousins qui vivent à l’autre bout de la France. Je ne leur ai quasiment jamais rien acheté de neuf, mais je suis ravie que ma sœur m’envoie des photos d’eux dans les tenues de mes enfants.

Vaisselle d’occasion, à La Recyclerie by Amitel ou chez Emmaüs ! (Photo MH)

Dons : associations, boutiques ou groupes Facebook

Je donne également à des œuvres (via ma famille) ou à des associations comme Emmaüs, qui met à disposition une benne de collecte dans ma déchèterie de quartier, ou Carijou, avant Noël. La Croix Rouge (rue Schweighaueser) ou l’Armée du Salut et Oxfam (au centre-ville) prennent aussi des vêtements et accessoires, bien sûr, mais aussi des livres, des DVD, de la musique, des bijoux, etc. On le sait peu, mais les médiathèques de quartiers récupèrent également nos livres, s’ils sont récents et en bon état. Pour les livres de poches ou les vieux bouquins racornis restent les « boîtes à livres », qu’on trouve à peu près dans tous les quartiers (je laisse les miens dans celle à l’entrée de la bibliothèque de la Robertsau).

Récemment, j’ai donné quelques ustensiles de cuisine à la Recylcerie by Amitel rue de Lucerne à la Krutenau, qui les vend ensuite à petits prix aux jeunes travailleurs de la résidence dans laquelle est installée la boutique. Tenue par Lauren, la Recyclerie est vraiment un chouette endroit à découvrir ! Il m’est arrivé, enfin, de donner des outils, des meubles ou des bougies et autres babioles par le biais du groupe Facebook Sharing is caring (real spirit ou non), mais il existe aussi un groupe GEEV qui fonctionne à peu près de la même façon.

Lauren Ciancio, responsable de La Recyclerie Amitel (Photo MH)

Côté recyclage, la poubelle jaune est incontournable, qui intègre les papiers-cartons, contenants en plastique, bouchons métalliques et boîtes de conserve. Ces déchets recyclables atterrissent à l’usine de tri Altem, au Rohrschollen (ma visite ici). L’extension des consignes de tri, qui permettra d’y jeter tous les plastiques, blisters inclus, est pour bientôt. Aujourd’hui, en revanche, n’y mettez pas vos pots de yaourt ! Recyclage encore en déchèteries, pour le bois, le métal, les déchets verts de jardinage. En supermarchés, pour les piles, ampoules et autres appareils électroniques. Dans les bennes de tri textile pour les chaussures, les sacs et les vieux textiles.

Une conférence sur l’alimentation et l’hygiène zéro déchet ?

Si vous êtes branchés zéro déchet, ne devraient finir à la poubelle (bleue) que de rares emballages de bonbons d’enfant, de médicaments ou de stylos cassés. Les verres cassés y trouvent également leur place, tout comme les résidus de viande ou de poisson qu’il vaut mieux éviter de composter en ville. Si vous jetez encore une poubelle de 50 litres par semaine, ne ratez pas mes prochaines conférences sur « l’écologie du quotidien » ou contactez-moi pour en organisez une près de chez vous ! 🙂

Toutes les infos sur le site de l’Eurométropole / N’hésitez pas à partager vos adresses et bons plans de dons ou recyclage en commentaires !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *